HISTOIRE‎ > ‎Port-Vendres‎ > ‎

Le port du Moyen-âge à 1900


On sait peu de choses du port annexe de Collioure concernant la période dite du Moyen-Age.
On peut penser qu’il servait plus de hâvre que de port de commerce.
Jacques D’Aragon, dit Le Conquérant, laisse par testament, en 1272, 5 000 sous pour l’entretien et le creusement du port de Port-Vendres où les Rois de Majorque avaient une partie de leurs galères et un arsenal. Jacques Le Conquérant mourra en 1276.
En 1318, Sanche, nouveau Roi de Majorque, fait installer un feu à l’entrée du port pour permettre l’accès de nuit.
Le 24 Juin 1344, en s’emparant du château de Collioure, Pierre IV d’Aragon mettait fin au Royaume de Majorque. Le nouveau roi ordonnait, l’année suivante, le curage du port de Port-Vendres, l’établissement d’un guetteur et d’un fanal sur le Puig de Biarra (Pic Béar) ainsi que la présence d’une barque  armée pour surveillance de nuit à l’entrée du port.
Il favorisa l’importation, dans ce port, de froment, orge, vin, et marchandises diverses (sucre, poivre, morue, coton, or, argent, esclaves). En contrepartie, le port exportait des draps, du fer, du vin, du miel, des raisins secs, des peaux, des bestiaux, du thon et des sardines salées.
Le port perdit petit à petit de son importance au XVè siècle.
Faute d’entretien, en 1599, il ne pouvait plus contenir que 30 galères au lieu des 200 qu’on aurait pu y mettre.
En 1659, le Traité des Pyrénées rattache le Roussillon  à la France.
C’est seulement en 1697, après que Vauban eut entériné la décision de protéger le port par trois redoutes, que le Roi décide la création d’un grand port. On construisit un premier quai d’une longueur de 60 toises (environ 110 mètres). Malgré  cela, le port subira un fort déclin de ses activités.
En 1775, le comte De Mailly, Lieutenant Gouverneur du Roussillon, ordonne le creusement du port à 15 pieds(4,3m), afin de recevoir les bateaux de commerce de l’époque. Ceci est réalisé en 1777, puis poursuivi à 20 pieds, puis à 30 en son centre.
Le 2 Octobre 1791 sera installé à l’entrée du port un fanal d’une puissance de douze lampes.
Au début du XIXè siècle, le port n’est toujours qu’une annexe de Collioure.
En 1804, on ne compte que 194 habitants sur Port-Vendres.
Le Ministère de la Marine, trouvant avantage à ce port, décida d’entreprendre, à partir de 1837, le creusement d’un nouveau bassin, à droite de la presqu’île, dans la partie du Val de Pintas.
Le curage du port fut réalisé en 1845 ainsi que la création de la jetée, la réalisation de trois cales de carénage et le creusement de la darse de 300 mètres de long sur 145 mètres de large et de 9 mètres de profondeur. Les déblais permettront la réalisation de la place Castellane.
Vers 1860, tous ces travaux sont achevés.
Le chemin de fer arrivera à Port-Vendres en 1867. Il desservira rapidement le port, malgré une pente importante.
A partir de 1850 le commerce du port de Port-Vendres va aller en s’amplifiant ; exportations de vin, de minerai  de fer... importations de bois, de charbon, de caroubes, etc...
Mais c’est surtout à partir de 1870 que le trafic vers l’Algérie va voir le jour. Il  se développera fortement à partir du début du 20eme Siècle.
         voir la page : Port-Vendres port passagers pour l’Algérie.
Jusqu’au début des années 1900, le trafic tant au niveau passagers que marchandises, restera relativement faible par rapport aux ports de Marseille et de Sète.