Pêche à la saltade


La Saltade (Catalan) “Sautade” (Français)

Le croquis tente de représenter une pêche à la “saltade”.


L’engin de pêche était constitué de deux filets dont la maille ne dépassait pas 2 cm de noeud à noeud, soit 4 cm maille étirée fermée;

          Le filet horizontal n’étant pas plombé, il était maintenu à la surface par des roseaux d’une longueur d’1 m à 1 m 20; Il était utilisé uniquement pour la pêche des muges dans les petits fonds près de la côte.

Après avoir encerclé un banc de muges avec le filet, une embarcation pénétrait dans le cercle, un pêcheur lançait la “Partega” (barre de bois plombée à une extrémité) pour affoler le poisson. Les muges fonçaient alors vers le filet tendu,  mais devant l’obstacle, ils évitaient le contact avec les mailles et sautaient hors de l’eau, tombant sur le deuxième filet tendu à la surface.

Le deuxième canot, à l’extérieur du cercle, recueillait à l’aide d’un “salabre” (épuisette) les poissons qui se débattaient sans pouvoir nager.

Il y a sept espèces de muges, chacune d’elles a ce comportement de sauter en général, et  plus particulièrement face à un obstacle.. Mais il y a une espèce à qui les pêcheurs attribuaient cette appellation particulière, il s’agit de “Mugil saliens” (latin) “Muge sauteur” (Français).

Toutes les espèces de muges peuvent être pêchées par d’autres engins : sennes coulissantes et de plage, chaluts  de fond et pélagiques, éperviers, tremails, lignes à main, et barrages dans les graus des étangs.

L’origine de la “saltade” viendrait des côtes du Maghreb appelées “Cannat”.