L'usage du harpon dans la pêche des thons


     La pêche du thon à l'aide du harpon est d'origine tres ancienne. Les premiers harpons étaient des pièces élaborées en bois de rennes, harpons barbelés et ligaturés sur une hampe de bois pour le   lancer. Plus tard, l’utilisation du bronze  (1700 av.. JC) et celle du fer (800 av. JC), transmise d’Asie Mineure, se développe autour du bassin méditerranéen et facilite entre autres la fabrication d’hameçons et de harpons plus perfectionnés, avec des formes très semblables aux plus communes des temps actuels.










               Le harpon ici représenté faisait partie de l’équipement de pêche  complémentaire dans les années 1720 et doit être considéré comme utilisation occasionnelle pour le harponnage des thons (gros spécimens), pris dans les thonnaires de poste  ou flottantes,  qu’il  aurait été difficile de crocheter pour le hisser à bord. Ce type de harpon était exposé à l’aquarium du Laboratoire Arago en 1950
    Il me paraît important de noter que la pêche des thons (thon rouge), à cette époque, se pratiquait lors des migrations “erratiques”, c’est-à-dire lorsque les thons se déplacent pour se nourrir. Ce sont alors de grand prédateurs particulièrement voraces.
                            Aujourd’hui la pêche des thons avec les bateaux senneurs est destinée à capturer des thons rassemblés après une migration “génétique”, c’est-à-dire lorsque les thons sont rassemblés pour accomplir l’acte de reproduction. Ils ne chassent plus, ne se nourrissent pratiquement plus, les bancs entiers se déplacent très peu. Le bateau senneur
n’a plus qu’à encercler le banc avec le filet tournant à fermeture par glissière (comme le  filet de lamparo).
                 On peut supposer que cette technique adaptée à ce comportement est une des causes du dépeuplement de l’espèce.